Gaëtane Deljurie, présidente du Club de la presse Nord-Pas de Calais et Axel Roux

C’est lors du premier banquet des journalistes organisé par le Club de la presse Nord-Pas de Calais le 4 février dernier que l’étudiant en 2e année de master, Axel Roux, a remporté la Bourse enquête et reportage en partenariat avec la Banque populaire du Nord, pour son projet « Les oubliés du 101e département ». Le jury a souhaité récompenser ce sujet méconnu, dans un département français qui peut aussi être considéré comme le miroir de la situation à Calais. Les médias ne parlent pas souvent de Mayotte, car les frais engagés pour un reportage sur place sont relativement importants, pourtant Mayotte reste un département français.

L’étudiant a reçu une bourse de 1000 euros remis par la Banque populaire du Nord. Il a désormais un an pour concrétiser son projet. Le reportage sera diffusé sur le site internet du Club de la presse dès son achèvement.

Axel nous raconte son projet.

Mon reportage à Mayotte est d’abord né d’un constat. Lorsque les médias abordent les problématiques liées aux migrations en France, on prend très souvent le triste exemple de Calais, dont les politiques de démantèlement des campements se succèdent selon les gouvernements. Il existe pourtant un autre endroit, en France, où des drames migratoires se reproduisent depuis près de quarante ans. « Un confetti » français, niché dans l’archipel des Comores, surnommé le « Lampedusa du Pacifique ». Cent-unième département depuis 2011, Mayotte est, avec une superficie de 374 km2, le territoire français où l’on expulse plus de clandestins que dans le reste de la métropole. Ces expulsions à la chaîne ne sont pas sans conséquence. En 2015, le Défenseur des droits estimait à 3000 le nombre mineurs isolés à Mayotte, souvent faute de parents reconduits à la frontière. Que deviennent ces enfants ? Comment survivent-ils ? Quel avenir peuvent-ils construire en étant livrés à eux-mêmes ? D’autant que malgré son rattachement à la France par référendum en 1976, Mayotte accuse un fort retard en matière d’aide sociale à l’enfance. Pour pallier à ces lacunes, ce sont principalement les associations qui s’occupent du suivi et de l’insertion des mineurs isolés.
Grâce à la bourse « Enquête et Reportage », je vais pouvoir payer le principal obstacle pour un reportage en outre-mer, les billets d’avion ! Je dois ensuite passer deux semaines à Mayotte, dans les différents bidonvilles de la capitale Mamoudzou pour rencontrer des mineurs isolés, mais aussi des associations et des acteurs de la vie civile engagés sur ces questions. En apprentissage au Journal du dimanche jusqu’en août, la réalisation de ce reportage se fera courant septembre/octobre.
Au niveau de la forme, je souhaite privilégier le reportage multimédia pour varier les supports (photos, vidéos, infographies, etc.). Je compte également tenir un carnet de bord numérique une fois sur place. L’idée sera de proposer chaque jour une partie « making of », que ce soit au travers de photos et vidéos Smartphones postées sur les réseaux sociaux ou de courts récits publiés sur des hébergeurs de contenus (Storify ou Médium). Si cela vous intéresse, vous pouvez dors et déjà me suivre sur Twitter : @AxlRx.