Les inscriptions au Master International de Management des Médias (Mi2M) viennent de débuter ce lundi. Les candidats souhaitant suivre la formation ont jusqu’au 14 juin pour déposer leur dossier, sur le site de notre partenaire l’AUF.

« Ce master m’a permis d’acquérir un bagage intellectuel considérable en marketing, ressources humaines et management dans le monde des médias », confie Charles, venu de Kinshasa (RDC), qui a intégré le master en mars 2013. Aujourd’hui journaliste au service sport de la BBC Afrique, le jeune trentenaire est en passe de terminer la formation. L’été prochain, c’est dans les locaux de l’ESJ Lille qu’il tiendra sa soutenance intitulée « Digital Congo RTV : pour une couverture médiatique efficace et impartiale du sport en République Démocratique du Congo », l’aboutissement de son travail de recherche qui aura duré près de deux ans.

« J’ai pu étudier tout en travaillant »

Qu’ils soient cadres, responsables dans un média ou journalistes à l’instar de Charles, une centaine d’étudiants a déjà suivi cette formation à distance. Inaugurée en 2011, elle propose ainsi à chaque candidat francophone, titulaire d’un Bac +4 (ou d’un Bac +3 et trois ans d’expérience dans les médias), de suivre pendant 18 mois un cursus pour apprendre à manager une équipe dans un média. Un cursus tout à fait conciliable avec une activité professionnelle. Comme le souligne Charles qui travaille à temps plein dans un média congolais, « le Mi2M a répondu à mes attentes, et j’ai pu étudier tout en travaillant ». Voilà une manière de mettre immédiatement en pratique les modules étudiés.

Reconnaissances et distinctions pour les projets tuteurés

Enseignement des outils et des stratégies de marketing, comptabilité managériale, droit ou encore éthique des médias, sont autant de cours inscrits au programme, et délivrés sur la plateforme en ligne durant la formation. Axcel, venu de l’île Maurice, reconnaît que « chaque devoir rendu pour chacun des cours, chaque travail pratique soumis sont des exercices que nous devrions tous réaliser même hors du cadre académique. Lors de cette formation, on produit sur papier plusieurs photos du paysage médiatique – comme si nous écrivions un journal intime – on les analyse et on agit en conséquence. Finalement, on ne se contente pas d’évoluer dans notre milieu, mais on le décrit, on le décortique et on agit en fonction de cette analyse. »

À l’issue des 18 mois de formation, pour valider leur diplôme, chaque étudiant doit livrer un mémoire, – aussi appelé projet tuteuré, qu’il pourra venir soutenir devant un jury, à l’ESJ Lille lors d’un voyage facultatif programmé en France.

Le projet, suivi par un tuteur, a permis à certains la reconnaissance des institutions, à l’image d’Axcel lauréat du prix CNN Multichoice  African Journalist Awards, dans la catégorie multimédia francophone, en 2013. D’autres, comme Asmaa et Lazare, ont vu l’occasion de mettre sur pied leur projet dans leurs pays respectifs. La première a lancé une radio éducative en ligne, au Maroc. Le deuxième est à l’origine de la première émission de santé diffusée sur les ondes de la télévision tchadienne. Il s’agit même pour certains, de conduire leur « rêve », à l’instar de Benjamin. Le jeune sénégalais compte à l’issue de sa soutenance, mettre en place sa boite de production et faire des recherches sur le secteur de l’audiovisuel. Au-delà de la simple formation, le Mi2M a aussi la volonté de mener à leur terme les projets de ses étudiants.

A la fin de leur formation, les étudiants ont la possibilité de soutenir leur mémoire, dans les locaux de l’ESJ Lille.

La formation vous intéresse ? Vous avez envie d’en savoir plus ? Rendez-vous sur la page dédiée au master : http://esj-lille.fr/formations/mi2m